Bibliothèques d’Asie du Sud-Est

Le Blog d’une conservateur en disponibilité devenue pour un temps « travelling librarian »…

« Reading Camp » en Malaisie décembre 12, 2007

Filed under: le livre en Malaisie — boscaurelie @ 6:06

Reading Camp

reading-camp1.jpg

Je connaissais les classes vertes, les classes de mer, les camps scouts… mais pas encore les « camps de lecture » ! Pendant 4 jours, 138 jeunes entre 11 et 16 ans ont participé à une chasse au trésor basée sur la recherche d’information dans les livres, initiative du Ministère de l’Education organisée dans l’Etat de Terengganu. Là encore sur le principe de la remise de prix, car ces 4 jours étaient la récompense offerte aux élèves de 60 écoles sélectionnés pour leurs bonnes notes en lecture… Ici les valeurs rattachées à la lecture sont très sérieuses : morale et éducation. Et c’est aussi ce qu’on arrive à inculquer aux enfants ! : « J’aime bien The Stories of the Wishing Chair d’Enid Blyton (!) pour la morale et parce que cela me fait progresser en anglais », « Grâce à ce livre sur les monuments du monde, j’ai appris des plein de choses et du vocabulaire anglais »… mais aussi, heureusement : « Ce livre m’aide à m’évader », « Ce livre me rend plus courageux et plus sûr de moi » – devinez de quel livre il s’agit ?? Très original… Harry Potter !

Storytelling Competition

La plupart des « événements » culturels autour du livre et de la lecture en Malaisie sont organisés par les librairies. Comme ce concours de conte à haute voix, dans les librairies MPH, qui offre au vainqueur de voir son nom utilisé pour un personnage du prochain titre de la série Mr Midnight de James Lee, best-seller n°1 -en Malaisie et à Singapour- d’histoires qui font peur destinées aux enfants (cf billet du 9 juin 2007) ! Et ce à l’occasion de la traduction en malais des titres déjà parus en anglais. A quand la traduction française ?!!

Publicités
 

En Malaisie, L’Heure du Conte mène à tout… décembre 4, 2007

Filed under: le livre en Malaisie — boscaurelie @ 5:57

Petite pose entre deux articles sur le Dublin Core. La semaine dernière, Claude Boujon et Verdurette (alias Greeny dans ma traduction) ont eu beaucoup de succès auprès des petits de l’école chinoise de Raub (ici on a le choix entre enseignement malais, chinois ou tamoul).

lecture6.jpg lecture2.jpg

La salle de classe : une grande pièce pour les 3 niveaux de maternelle, dans un bâtiment en bois qui doit dater des années 1970, pas de cours de récréation. Dès 4 ans, les enfants apprennent à lire et écrire le mandarin (la langue parlée par la maîtresse, mais pas nécessairement celle que les enfants parlent dans leur famille, qui peut aussi être un dialecte chinois : cantonais, hakka, hokkien; ou parfois l’anglais), le malais (langue officielle), et l’anglais.

lecture5.jpg

Je n’imaginais pas que la séance de « storytelling » me mènerait sur scène pour recevoir un « award » !lecture4.jpg

La tradition des remises de prix est très présente en Asie – d’ailleurs elle commence dès la grande section de maternelle, quand ces chers bambins, « déguisés » en diplômés d’Harvard, recoivent chacun le précieux diplôme qui leur permet de passer à l’école primaire !! Mais je ne savais pas encore que j’évitais… le balai !

brooms.jpg

C’est le sort réservé aux fonctionnaires des impôts qui s’en mettent un peu trop dans les poches (la corruption et l’abus de biens sociaux sont fréquentes en Malaisie). Pour un pays où il est bon de garder la face en public…

 

BookFest @ Malaysia 2007 juin 9, 2007

Filed under: le livre en Malaisie — boscaurelie @ 7:24

D’un style tout à fait différent de la 26e Foire Internationale (voir billet précédent), la « Fête du livre » s’est déroulée du 26 mai au 3 juin dans le lieu d’exposition le plus chic et le plus moderne de Kuala Lumpur : le Centre des Congrès, au pied des tours jumelles qui comptent parmi les plus hautes du monde, symboles de la modernité du pays…

 

exterieur.jpg

 

Manifestation commerciale organisée par Popular (une des deux grandes chaînes de libraires en Malaisie avec MPH), elle a réuni 300 exposants, mais la part du lion était bien entendu réservée à Popular qui occupait un quart de l’espace, avec essentiellement des livres en anglais, best-sellers, fiction et documentaires, romans féminins (« For her »!) :

 

 

 

 

 

 

 

 

for-her.jpg

et aussi livres éducatifs pour les enfants (impossible de trouver un seul album !). Tout est bon qu’ils apprennent – les maths, la lecture, l’anglais ! Ainsi l’ « I-Pen » les aide ( ?!) pour l’apprentissage de la lecture en anglais : le stylo magique est capable de prononcer à voix haute les mots qu’il touche ! :

ipen.jpg

Je découvre l’auteur australien qui fait fureur en Asie du Sud-Est : James Lee et les piles de ses deux séries policières, « Mr Midnight » et « Mr Mystery » :

james-lee.jpg

Les autres stands sont dédiés aux éditeurs de Singapour, Hong Kong, Taïwan, Chine, essentiellement en chinois.

 

taiwan.jpg

 

Séances d’autographes, rencontre avec les auteurs, conférences, démonstration de recettes de cuisine… La foule est au rendez-vous – la même manifestation avait (ou aurait ?) attiré 320000 visiteurs en 2006 ! 50% de plus que le Salon du Livre à Paris le plus fréquenté depuis 1981, pour un pays qui compte deux fois moins d’habitants ! ?… Quand on sait qu’ici les manifestants sont la plupart du temps payés, quelle que soit la cause pour laquelle ils manifestent, on apprend à se méfier des statistiques !

 

 

26e Salon International du Livre de Kuala Lumpur juin 5, 2007

Filed under: le livre en Malaisie,Uncategorized — boscaurelie @ 7:06

Je l’attendais depuis le début de l’année et ma visite du « Karnival Buku » ! (billet du 13 février 2007)

115 exposants sur trois étages, beaucoup de monde, des familles entières, un air de fête… Mais je dois avouer que j’ai été déçue, car je n’ai pas fait de grandes découvertes depuis le « Karnival Buku » : toujours des livres scolaires et des livres religieux, Grolier et Reader’s Digest !!

 

stand-de-egypt-world-sdn-bhd.jpg

Egypt World Sdn Bhd

Si, j’ai quand même découvert le premier auteur de Malaisie pour la finance, Azizi Ali, et ses best-sellers (« Comment devenir un millionnaire dans l’immobilier ») ; et quelques curiosités comme un jeu de l’oie sur le Coran, ou un Coran multimédia qui a remporté un franc succès :

coran.jpg

Plusieurs éditeurs et distributeurs anglo-saxons : Springer, Elzevier, Thomson Gale, Cambridge Press, A to Z, Penguin Books et quelques éditeurs malaisiens intéressants : Pearson Malaysia (niveau universitaire) et Maya Press (nouvelles, poésie, fiction) découverts sur le stand de l’Asean Book Publishers Association.

penguin.jpg

Penguin Books Malaysia

 

dewan-bahasa.jpg

Dewan Bahasa dan Pustaka (Institut malaisien pour la Langue et la Littérature)

Côté l’édition jeunesse, histoires simplistes et deux tendances pour l’illustration : Disney ou Martine…

 

 

Mangas en France et en Malaisie mars 14, 2007

Filed under: le livre en Malaisie — boscaurelie @ 8:24

« La France est le plus grand marché pour les mangas après le Japon » : tel est le titre d’un article paru il y a 10 jours dans le journal national malaisien (The Star). Un mois après le festival d’Angoulême, largement illustré dans l’article, le journaliste fait le point sur la passion « typiquement française » pour les « bandes dessinees » – avec bien sûr, les incontournables Tintin et Astérix. 4000 nouveaux titres de BD parus chaque année, cela doit laisser les Malaisiens rêveurs. En revanche les 40% de vente de BD consacrés aux mangas doivent leur sembler plus familiers, puisque jusqu’à présent je n’ai vu aucune autre BD -éditée en Malaisie- dans les librairies. Et dans la petite ville de Raub, on peut même emprunter dans deux arrière-boutiques, moyennant quelques ringgits, des mangas en chinois ou en malais.

manga21.jpg

J’ai bien aimé cette scène à Singapour : 3 ados plongés dans leur manga en attendant que le feu passe au vert, ils ont même continué leur lecture en traversant la rue !

manga.jpg

 

Karnival buku – Salon du livre février 13, 2007

Filed under: le livre en Malaisie — boscaurelie @ 1:47

Organisé conjointement par le Ministère de la Culture, le Ministère du Travail, la Bibliothèque nationale et le Conseil national du livre de Malaisie, un salon du livre a rassemblé à Kuala Lumpur, du 9 au 12 février, une quarantaine d’éditeurs malaisiens. Les livres présentés, à 90% en malais et 10% en anglais, tournent autour de 5 thèmes : livres scolaires, livres et albums pour enfants (contes traditionnels et livres parascolaires), ouvrages sur l’islam, publications du gouvernement, romans roses.

D’après les informations peu pertinentes que j’ai pu trouver en ligne (mais je vais poursuivre ma recherche !!), environ 6 000 titres de monographies ont été publiés en Malaisie en 1996, dont 50% de livres scolaires, 30% de livres pour adultes, et 20% de raports annuels et publications diverses du secteur public et du secteur privé… (si on ose la comparaison, à la même époque, soit il y a 10 ans, 40 000 nouveautés étaient publiés en France, qui comptait plus de 30o éditeurs « significatifs », soit ayant plusieurs titres à leur catalogue).

Ce qui plaît le plus, notamment aux jeunes filles, ce sont… les romans d’amour ! (surtout avec une réduction)deux-images.jpg

L’analyse faite par Eric Forbes (éditeur malaisien) dans ce billet est intéressante :

  • les écrivains malaisiens qui écrivent en anglais se font publier au Royaume-Uni ou aux Etats-Unis
  • le « marché malaisien » pour leurs romans est limité; il faudrait qu’ils réussissent à percer sur le marché anglo-saxon
  • il y a un manque et un besoin réels de « littérature locale » de qualité (= pas seulement les livres qui ne parviennent pas à se faire publier au RU ou aux EU !) publiée en Malaisie
  • l’édition en Malaisie manque de compétences professionnelles
  • il y a trop peu de manuscrits de qualité et de soutien des médias locaux pour que l’édition malaisienne soit un « business » rentable…

Pour avoir une vision plus large du sujet, j’attends la 26e Book Fair internationale de Kuala Lumpur fin avril-début mai, où 160 éditeurs malaisiens sont annoncés. 700 000 visiteurs attendus sur 620 stands ! (la meilleure année du Salon du Livre avait attiré, en 2000, 241000 visiteurs !)