Bibliothèques d’Asie du Sud-Est

Le Blog d’une conservateur en disponibilité devenue pour un temps « travelling librarian »…

Bibliothèque Nationale de Chine (3/3)- Conservation et Restauration juin 25, 2008

Filed under: bibliothèques en Chine,patrimoine — boscaurelie @ 12:08

Le Centre de Restauration des livres précieux

Les ateliers de restauration existent officiellement à la Bibliothèque Nationale depuis 1953, et depuis 1980 sont dédiés uniquement aux livres rares.

Cependant d’importants travaux de restauration avaient commencé bien avant, notamment avec 20 années de travail (1946-1965) sur une collection de Tripitaka (Zhaocheng Trpitaka) acquise par la biblitohèque. La priorité a ensuite été donnée aux documents les plus précieux (et les plus volumineux), comme l’Encyclopédie Yong Le Da Dian (près de 23000 volumes, début 14e siècle), les documents Tangut (10e siècle), et depuis 1991, l’immense chantier de restauration des documents de Dunhuang (4e-10e siècle). Au début des travaux de restauration, les manuscrits étaient entièrement doublés et encadrés de soie, par souci esthétique… Heureusement ce n’est plus le cas aujourd’hui, et le mot d’ordre est  » The book as it is » = intervention minimale. Des échanges de savoir-faire ont eu lieu ces dernières années entre Pékin, Paris (BnF) et Londres (British Library).

Tous les documents qui entrent dans les collections sont congelés à très basse température afin d’éliminer de possibles contaminations (prestataire externe).

Restauration d’un manuscrit de Dunhuang (exemple)

Les manuscrits de Dunhuang en cours de restauration sont les moins abîmés, étant donné que la partie la plus fragilisée du fonds a déjà été restaurée. La restauration que j’ai pu observer consistait à combler les endroits endommagés du rouleau avec un papier d’écorce et une colle d’amidon, et à ajouter un doublage sur les bords fragiles. Le papier choisi est d’une couleur légérement différente de celle du manuscrit afin de mettre discrètement en évidence les parties restaurées.

Manuscrit de Dunhuang restauré

Le manuscrit est ensuite mis sous presse. Une fois retiré de la presse, il est roulé avec une feuille de papier d’écorce pour protéger la première partie du rouleau, puis rangé dans une boîte étanche en nanmu (bois très parfumé réputé chasser les insectes). Il rejoint ensuite les tiroirs des meubles fermés où sont rangés les manuscrits de Dunhuang.

Tous les éléments qui documentent l’histoire du manuscrit sont conservés : y compris, dans le cas de ce manuscrit de Dunhuang, la boîte de 1911 dans lequel il était rangé,… et les crottes d’oiseau !

Les manuscrits de Dunhuang sont très rarement acides. Les documents acides (notamment ceux écrits sur papier de bambou) subissent un nettoyage.

Colmatage

La colmateuse n’est jamais utilisée pour les manuscrits. Ici elle est utilisée pour des documents imprimés du 17e siècle, qui ont été perforés par des insectes.

Document avant passage dans la colmateuse

Estampages

Les estampages ne sont doublés qu’aux angles, par le verso. Ici la réparation se fait avec du papier de coton et de la colle d’amidon (le support original est du papier d’écorce).

Documents sur soie

Document sur soie jaune comblé avec du papier

Conditionnement

Les boîtes en nanmu ne sont utilisées que pour les rouleaux les plus précieux (100 euros la boîte…). Testée en immersion pendant 15 jours, si après cette période, l’intérieur de la boîte est sec, la boîte est conforme !

Boîte en nanmu

Pour les livres, des boîtes à rabats de style traditionnel sont confectionnées sur place, recouvertes de tissu à l’extérieur et doublées de papier neutre, avec attaches en os.

Projets

Actuellement le centre de conservation, qui emploie 19 personnes, possède 3 laboratoires : chimie, physique et biologie. Un laboratoire plus grand est prévu.

Un plan d’urgence, dont l’élaboration a commencé en 2007, devrait bientôt voir le jour.

Enfin à plus large échelle, la BN est pilote dans le « Programme national de Préservation des livres anciens » (billet précédent). Malheureusement les forces manquent (peu de personnel formé à la conservation) mais des efforts réels semblent exister.

Soulignons également que la Bibliothèque nationale de Pékin est le Centre Régional du programme Préservation et Conservation de l’IFLA.

Publicités
 

Bibliothèque Nationale de Chine (2/3)- Livres anciens juin 21, 2008

Filed under: bibliothèques en Chine,patrimoine — boscaurelie @ 6:43

Département des livres rares

Les collections et l’organisation du Département, qui compte 130 personnes, m’ont été présentées par le Directeur Adjoint, Mr Zhang Zhiqing. Le département (30 000 m2) regroupe différentes sections et collections (2,4 million de documents) :

  • livres anciens (= avant 1912; 1,6 million en 2005),
  • livres rares (270 000 en 2005, dont manuscrits),
  • cartes et plans (260 000),
  • inscriptions (35 000 oracles sur os),
  • estampages (300 000),
  • publications dans les langues des minorités ethniques,
  • centre d’études sur Dunhuang et Turfan,
  • histoire locale et généalogie,
  • service des lecteurs,
  • service de préservation et conservation,
  • et enfin Centre de restauration des livres rares (voir prochain billet).

La « collection des missionnaires », qui comprend plus de 10 000 livres en langues européennes apportés par les missionnaires à partir du 17e siècle ou imprimés sur place, actuellement dispersée dans le fonds général, sera bientôt regroupée physiquement dans le département des livres anciens, et cataloguée. En fin d’année, du personnel spécialisé en conservation/restauration sera envoyé à la British Library où ils apprendront les techniques nécessaires à la restauration des cuirs et des papiers occidentaux propres à cette collection.

Acquisitions

Les modes d’acquisition des livres anciens sont classiques : dons, achats en libraries spécialisées, ventes aux enchères. En 2006, la BN a acquis aux enchères 23 documents rares issus d’une collection américaine, et une collection de tripitaka (canon bouddhiste) du 10ème siècle qui appartenait à un particulier chinois. Le budget annuel pour les acquisitions de livres anciens est d’environ 3 Millions de Yuans (soit 280 000 euros), somme jugée confortable par les bibliothécaires…

Catalogage

Tous les livres anciens sont catalogués (!) dans le SIGB (Aleph 500), en utilisant le format CN MARC. Seuls les estampages, les oracles sur os et inscriptions sur carapace de tortue sont catalogués à part.

Numérisation

Peu de livres anciens ont été numérisés (Dunhuang…). La numérisation est externalisée. D’ici un an, le département devrait être équipé de 4 scanners. D’autre part, des négociations pour un lot de numérisation sont en cours – mais celles avec l’entreprise française Jouve ont échoué ! Des projets de numérisation de livres anciens ont été menés par d’autres bibliothèques chinoises (plus d’une centaine).

Reproduction de livres rares

Depuis 2002, avec des financements du Ministère de la Culture et du Ministère des Finances, la BN mène un projet de reproduction sur papier de livres rares conservés dans les bibliothèques et les musées de Chine. Fin 2005, 490 titres avaient été ainsi reproduits et gratuitement distribués aux universités. Ce projet fait partie du « Programme national de préservation des livres anciens » (voir plus bas).

La Bibliothèque de Wenjin Street

Annexe de la BN, réouverte en 2001 après restauration, cette bibliothèque de 30 000 m2 est le site de consultation livres du 19ème et de la première moitié du 20ème siècle (1,6 million de livres, 3 000 généalogies, 300 000 publications gouvernementales, périodiques, etc). Elle comporte une grande salle de lecture à l’ancienne, avec parquet grinçant, et des bureaux de recherche individuels. Elle est également le siège des « Beijing Library Press ».

Entrée de la bibliothèque de la rue Wenjin

Bibliothèque de la rue Wenjin

Livres anciens et bibliothèques en Chine et « Programme national de préservation des livres anciens »

Bien entendu, la BN n’est pas la seule bibliothèque qui possède un fonds de livres anciens. Toutes les « bibliothèques de province » en ont, ainsi que certaines universités et bibliothèques municipales (Shanghai). Il y aurait 27 Millions de livres anciens dans les bibliothèques chinoises et 3 Millions dans les musées, temples et universités, dont certains sont dans un mauvais état de conservation. 2,5 Millions sont considérés comme livres rares.

Le « Programme national de préservation des livres anciens » lancé en 1906 par le gouvernement dans le cadre du « Programme de développement culturel chinois » du 11ème Plan Quinquennal, met l’accent sur la préservation et doit former localement des bibliothécaires aux questions de conservation.

Le projet s’articule autour 4 axes :

  • sondage (mené en 2007), qui a permis repérer les livres anciens des bibliothèques, musées, etc, et qui devrait à terme déboucher sur un catalogue général des livres anciens
  • pour les institutions qui détiennent des livres rares identifiés par le sondage, classement selon l’importance de leurs collections et la qualité de leur travail de conservation, afin de mettre en place un système de management de la conservation
  • allocation de fonds spécifiques pour la conservation, établissement d’une bibliothèque et d’un laboratoire national de conservation, formation de personnel (la première formation spécialisée dans la conservation des livres anciens a ouvert en 2006, au Jinling Technical College de Nanjing), mise en place d’un réseau de coopération d’ici 2011
  • numérisation et microfilmage.

Un millier de bibliothèques sont partie prenante dans ce projet, dont les 9 plus grandes sont désignées comme centres de ressources pour la conservation. Le catalogage est également un des objectifs du projet : des sessions de formation ont été menées en 2007 avec une centaine de participants. En novembre prochain, une réunion regroupant les bibliothèques à fonds patrimoniaux aura lieu à Macao.

Pour en savoir plus sur ce projet, lire d’article de Zhang Zhiqing dans le n° 41 d’International Preservation News.

 

Bibliothèque Nationale de Chine – Pékin (1/3) juin 9, 2008

Filed under: bibliothèques en Chine — boscaurelie @ 8:30

Un séjour à Pékin m’a donné l’occasion de rencontrer des collègues de la Bibliothèque Nationale de Pékin. J’évoquerai ce rendez-vous (livres anciens et restauration) dans un prochain billet.

Le bâtiment actuel de la BN a été inauguré en 1987, et, détail amusant car renouant avec la tradition impériale, Deng Xiaoping calligraphié le nom de la bibliothèque. Elle n’a d’ailleurs le nom de « Bibliothèque nationale de Chine » que depuis 1998, et remonte à 1909, date de l’ouverture de la « Bibliothèque Métropolitaine » de Pékin. Elle est ouverte 363 jours par an, de 9h à 17h (trois salles sont ouvertes jusqu’à 21h mais fermées le week-end).

Vue extérieure de la bibliothèque. Les deux tours sont des « silos » de stockage.

Cour du bâtiment principal et silo

Les collections comptaient 25,8 millions de volumes fin 2006 (pour comparaison : 13 M de volumes à la BnF et au total 31M de documents de toute nature- La BN de Chine est la 5e plus grande bibliothèque du monde par ses collections).

En 2006, elle a accueilli 4,5 M de lecteurs (rappel : il y a 17,5 M d’habitants à Pékin et environ 1, 4 milliard en Chine…), et a acquis 1,2 M de volumes (soit 314000 titres). Le bätiment principal comprend 48 salles de lecture pour une surface de 170000 m2, et un personnel de 1800 personnes dont 500 à temps partiel.

Salle de lecture des livres en langues étrangères

Hall d’entrée, avec consultation de l’OPAC (Aleph 500) et retrait des documents stockés dans les silos arrivés par le SATD (Système Automatique de Transport des Documents, Siemens).

Dans un mois, la surface totale de la BN va s’accroître de 80 000 m2, avec l’ouverture de la Bibliothèque Nationale Numérique (qui comme son nom ne l’indique pas, désigne un bâtiment) appelée aussi « Digital Common », d’une architecture contemporaine, et qui sera reliée par un pont à l’ancien bâtiment. Un nouveau bâtiment ultra moderne parmi la centaine d’autres tout juste terminés ou encore en construction dans Pékin- approche des Jeux Olympiques oblige ! Principalement dédié à l’accueil du public, il permettra notamment l’accès aux ressources numériques.

Ouverture le 28 juillet 2008 !