Bibliothèques d’Asie du Sud-Est

Le Blog d’une conservateur en disponibilité devenue pour un temps « travelling librarian »…

Bibliothèque Nationale de Chine (3/3)- Conservation et Restauration juin 25, 2008

Filed under: bibliothèques en Chine,patrimoine — boscaurelie @ 12:08

Le Centre de Restauration des livres précieux

Les ateliers de restauration existent officiellement à la Bibliothèque Nationale depuis 1953, et depuis 1980 sont dédiés uniquement aux livres rares.

Cependant d’importants travaux de restauration avaient commencé bien avant, notamment avec 20 années de travail (1946-1965) sur une collection de Tripitaka (Zhaocheng Trpitaka) acquise par la biblitohèque. La priorité a ensuite été donnée aux documents les plus précieux (et les plus volumineux), comme l’Encyclopédie Yong Le Da Dian (près de 23000 volumes, début 14e siècle), les documents Tangut (10e siècle), et depuis 1991, l’immense chantier de restauration des documents de Dunhuang (4e-10e siècle). Au début des travaux de restauration, les manuscrits étaient entièrement doublés et encadrés de soie, par souci esthétique… Heureusement ce n’est plus le cas aujourd’hui, et le mot d’ordre est  » The book as it is » = intervention minimale. Des échanges de savoir-faire ont eu lieu ces dernières années entre Pékin, Paris (BnF) et Londres (British Library).

Tous les documents qui entrent dans les collections sont congelés à très basse température afin d’éliminer de possibles contaminations (prestataire externe).

Restauration d’un manuscrit de Dunhuang (exemple)

Les manuscrits de Dunhuang en cours de restauration sont les moins abîmés, étant donné que la partie la plus fragilisée du fonds a déjà été restaurée. La restauration que j’ai pu observer consistait à combler les endroits endommagés du rouleau avec un papier d’écorce et une colle d’amidon, et à ajouter un doublage sur les bords fragiles. Le papier choisi est d’une couleur légérement différente de celle du manuscrit afin de mettre discrètement en évidence les parties restaurées.

Manuscrit de Dunhuang restauré

Le manuscrit est ensuite mis sous presse. Une fois retiré de la presse, il est roulé avec une feuille de papier d’écorce pour protéger la première partie du rouleau, puis rangé dans une boîte étanche en nanmu (bois très parfumé réputé chasser les insectes). Il rejoint ensuite les tiroirs des meubles fermés où sont rangés les manuscrits de Dunhuang.

Tous les éléments qui documentent l’histoire du manuscrit sont conservés : y compris, dans le cas de ce manuscrit de Dunhuang, la boîte de 1911 dans lequel il était rangé,… et les crottes d’oiseau !

Les manuscrits de Dunhuang sont très rarement acides. Les documents acides (notamment ceux écrits sur papier de bambou) subissent un nettoyage.

Colmatage

La colmateuse n’est jamais utilisée pour les manuscrits. Ici elle est utilisée pour des documents imprimés du 17e siècle, qui ont été perforés par des insectes.

Document avant passage dans la colmateuse

Estampages

Les estampages ne sont doublés qu’aux angles, par le verso. Ici la réparation se fait avec du papier de coton et de la colle d’amidon (le support original est du papier d’écorce).

Documents sur soie

Document sur soie jaune comblé avec du papier

Conditionnement

Les boîtes en nanmu ne sont utilisées que pour les rouleaux les plus précieux (100 euros la boîte…). Testée en immersion pendant 15 jours, si après cette période, l’intérieur de la boîte est sec, la boîte est conforme !

Boîte en nanmu

Pour les livres, des boîtes à rabats de style traditionnel sont confectionnées sur place, recouvertes de tissu à l’extérieur et doublées de papier neutre, avec attaches en os.

Projets

Actuellement le centre de conservation, qui emploie 19 personnes, possède 3 laboratoires : chimie, physique et biologie. Un laboratoire plus grand est prévu.

Un plan d’urgence, dont l’élaboration a commencé en 2007, devrait bientôt voir le jour.

Enfin à plus large échelle, la BN est pilote dans le « Programme national de Préservation des livres anciens » (billet précédent). Malheureusement les forces manquent (peu de personnel formé à la conservation) mais des efforts réels semblent exister.

Soulignons également que la Bibliothèque nationale de Pékin est le Centre Régional du programme Préservation et Conservation de l’IFLA.

Publicités
 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s